Une mutuelle pour les prostituées

· Une mutuelle pour les prostituées

——————————————————

Offre sur le Meilleur Site de Plan Cul jusqu’au   

Alerte Bon Plan ! Jusqu’au Le Plus Gros Réseau Social Libertin  www.JacquieEtMichel-PlanCul.com est GRATUIT ! Lancé par le géant du porno amateur, il vous permettra de tchatter et d’échanger via webcam avec des filles qui cherchent comme vous des PLANS CUL et des couples à la recherche de mecs pour des plans à 3. Dès votre inscription :

  • Vous créerez votre profil gratuitement
  • Vous discuterez avec des filles qui cherchent des contacts Uniquement pour BAISER
  • Vous participerez à des soirées libertines avec des couples échangistes
  • Vous profiterez des fonctionnalités adaptées au Sexcam, à l’Exhib et aux Plans Webcam

Profitez-vite de cette offre, passé le  www.JacquieEtMichel-PlanCul.com  sera fermé aux hommes

Nouveaux Profils Connectés sur J&M Plan Cul

Plus que 12 places disponibles

-> JE PROFITE DE L’OFFRE JACQUIE ET MICHEL A DUREE LIMITEE !

*Important : Si un message offre expiré s’affiche, ou que le prix à augmenté alors l’offre est terminée.

——————————————————

 

On parle souvent ici des prostituées via les sites d’annonces et d’escort girl et on est plutôt partisan de leur protection, qu’il s’agisse de protection physique ou de protection sociale. On relaie donc une bonne nouvelle pour elles avec la création d’une mutuelle dédiée aux prostituées et aux travailleurs du sexe.

Enfin une mutuelle professionnelle pour les travailleurs du sexe

Les travailleurs du sexe, et notamment les prostituées, n’avaient jusqu’à présent aucun statut officiel leur permettant d’accéder à une protection sociale digne de ce nom. Le Strass, le syndicat des travailleurs du sexe, a réussi à négocier avec une mutuelle la création de cette mutuelle professionnelle. Au delà du remboursement des soins, le point important qu’il fallait négocier était celui des indemnités journalières en cas d’incapacité de travail, vraie problématique pour des prostituées régulièrement exposées à des violences de la part de leurs clients. Même si cette protection n’est pas suffisante et ne compense pas la vulnérabilité de travailleurs et de travailleuses exerçant dans la clandestinité, il s’agit d’un premier pas vers une reconnaissance officielle.